Forêt urbaine

C’est un beau projet d’aménagement d’espaces verts qui démarre en 2023 à Bussy-Saint-Georges avec le réaménagement de l’entrée de ville, marqué par la création d’une forêt urbaine. Répondant aux enjeux climatiques d’aujourd’hui et de demain, ce projet dessinera aussi le nouveau visage de Bussy, qui réaffirme ainsi son identité de «ville des parcs et jardins».

« Notre ville est idéalement située à la sortie de l’autoroute A4, rappelle Marc Nougayrol, Maire-Adjoint délégué aux Grands projets et à la Politique de sécurité. Cette accessibilité est très prisée des familles, des professionnels et des investisseurs. Mais pour se protéger des inconvénients de cette proximité et ainsi limiter les nuisances sonores et les projections de CO2, la Commune a fait le choix de créer une barrière naturelle d’envergure, entre la ville et l’autoroute. »

Ce corridor à la fois écologique et esthétique, le long de l’A4, constituera une barrière visuelle à l’intérieur pour les habitants, et une entrée de ville verdoyante, visible de l’autoroute, pour les visiteurs.

Par ailleurs, la forêt urbaine permettra de finaliser la dernière partie de la couronne verte qui encercle Bussy. La conception de cette forêt urbaine entre dans le cadre d’un projet global de développement durable permettant d’orienter les politiques d’aménagement et de transition vers plus de durabilité. Il s’agit à la fois de boiser et de végétaliser l’entrée de ville, mais aussi de développer les mobilités douces.

Ce projet vise à créer une entrée de ville verte, vivante, accueillante, respectueuse de l’environnement et favorisant le bien-être et la santé de ses habitants.

Présenté lors d’une réunion par la Ville et EpaMarne aux comités de quartiers, le projet de forêt urbaine a démarré en janvier 2023. Sa finalisation est prévue en 2025, pour l’ouverture du nouveau groupe scolaire (GS 13), qui bénéficiera d’une proximité immédiate avec le parc forestier.

4000 arbres et une palette végétale diversifiée

Vaste et luxuriante, la forêt urbaine sera composée d’environ 700 arbres, d’arbustes, de buissons, de haies végétales et de vivaces, ainsi que d’un bassin d’eau. La phase 1 occupe une surface de 9 300 m². Plus globalement, cet aménagement paysager de l’entrée de ville comprendra, à terme, environ 4000 arbres.

Les arbres auront au minimum une hauteur de 5 mètres, au moment de la plantation. Le projet, qui nécessite une bonne planification, une bonne conception et une mise en oeuvre efficace, a été conçu avec soin par des professionnels et experts paysagistes, avec une vision durable dans le temps.

Pour un impact réel et positif sur l’environnement, le projet regorge d’espèces différentes. Des arbres de grand développement, comme le chêne, le frêne, le tilleul, le merisier, l’orme, le bouleau ou le peuplier, des arbres de moyen développement, comme le saule, le sorbier ou l’aubépine, ainsi que des arbustes tels que le sureau ou le fusain offriront une architecture paysagère harmonieuse, sur différents niveaux.

Pinèdes, chênaies, charmaies… les essences ont été sélectionnées en fonction de leur emplacement, de leur taille adulte, de la proximité avec d’autres espèces, de la qualité et de l’humidité du sol, mais aussi de l’esthétique recherchée.

La forêt urbaine nécessite une densité de plantation assez importante au m² dans le but de favoriser la mise en concurrence des végétaux. Il ne s’agit pas d’une simple plantation d’arbres ornementaux, mais bien de créer un véritable écosystème complexe.

Arbres, champignons, plantes, bactéries, animaux… L’objectif est de créer une vraie richesse de la biodiversité, avec des échanges de matière et d’énergie entre la faune, la flore et le sol. La présence de l’homme et de la lumière doit être limitée, par endroits, et ce afin de préserver la biodiversité.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×