Une entrée de ville pour faire rayonner Bussy

La Commune mène une étude visant à redéfinir l’entrée de ville, dans une vision globale, à la fois urbaine, architecturale et paysagère. Venez en discuter !

« Je reconnais, c’est Bussy Saint-Georges ! » Voilà ce que pourront se dire, dans les prochaines années, les automobilistes qui passeront par notre ville, via l’autoroute.
Le Maire-adjoint Serge Sithisak explique l’enjeu d’un tel projet : « Nous avons la chance de pouvoir imprimer une identité visuelle forte et unique à Bussy. Le projet en cours d’étude constituera une véritable vitrine pour la ville, et contribuera à son rayonnement dans l’est parisien. Il sera en quelque sorte le point d’orgue qui finalisera le développement de la ville. »

Un quartier attractif et convivial

Sur 4 hectares, le périmètre comprend les espaces non bâtis autour des trois ronds-points à l’entrée de Bussy et la ligne qui longe l’autoroute, d’est en ouest.

La Ville, EpaMarne, des architectes, des urbanistes, des paysagistes, des ingénieurs mais aussi les habitants, à travers la concertation, travaillent en synergie pour redessiner toute cette zone. L’ambition est de donner naissance à un véritable quartier, avec toutes ses composantes, jouxtant un espace de vie animé et accueillant.

Des hôtels, des restaurants, un grand pôle ludique, un espace de loisirs avec une piscine, des commerces, un groupe scolaire et des logements seront valorisés dans cette zone mixte. Le défi sera aussi de créer un lien fort vers le centre-ville qui accroîtra ainsi sa surface.

Hauteur des constructions, place des espaces verts et des mobilités douces, organisation du stationnement et des commerces, répartition et fonction des équipements et des espaces publics… Sur tous ces sujets, votre avis et vos envies comptent !

Au cours du lancement de la concertation qui a eu lieu le 12 juin, le diagnostic territorial établi par le cabinet Sathy a été présenté et expliqué aux participants. Depuis, deux ateliers thématiques sur la programmation, les espaces publics et l’architecture ont permis d’explorer de façon collective les perspectives à tracer dans le sillage du diagnostic.
Si vous souhaitez connaître les propositions qui ont émergé de ces ateliers, venez assister à la réunion publique de clôture le mardi 16 octobre , salle Louise-Weiss, 4 passage Carter, à 19 heures.

Le point de vue des architectes et paysagistes

Tae Hoon YOON est architecte-urbaniste à l’Agence Sathy, chargée de définir une vision globale de l’entrée de ville.
Tae Hoon YOON est architecte-urbaniste à l’Agence Sathy, chargée de définir une vision globale de l’entrée de ville.

« Si nous filions une métaphore cinématographique, je vous dirais que nous distinguons à ce stade ce qui relève du travelling horizontal des plans séquences : ce qui se verra depuis l’autoroute devra mettre en scène un paysage urbain perceptible en 30 secondes, par un automobiliste qui roule à 110 km/h sur l’A4.
Ensuite, une fois qu’on quitte l’autoroute et qu’on s’engage sur le boulevard de Lagny, la succession des ronds-points et une vitesse moindre appellent un autre aménagement, plus vertical. »

«Nous devrons être attentifs à développer la ville des deux côtés du boulevard de Lagny, pour que dès la sortie de l’autoroute, la sensation de rentrer dans la ville s’impose, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.
Nous voulons doter cette entrée d’une porte, matérialisée par un bâtiment emblématique. Quant à l’architecture que nous privilégierons, nous souhaitons qu’elle se distingue par la qualité de ses matériaux et la générosité de ses volumes et de ses ouvertures. Nous ne voulons pas être dans la contradiction avec ce qui existe, ni être dans la répétition, mais plutôt trouver un vocabulaire qui permette la réinterprétation. Il faut apporter quelque chose de contemporain, tout en respectant les codes en vigueur, pour que les habitants s’y retrouvent et se sentent bien dans ce nouvel espace ».

Jean-Christophe Nani, paysagiste de l’agence TN PlusNani
Jean-Christophe Nani, paysagiste de l’agence TN PlusNani

« En termes d’aménagement paysager, nous avons imaginé 4 séquences, qui reprennent les éléments fondamentaux du diagnostic et qui sauront rythmer l’axe qui relie l’autoroute au centre ville.
Une première séquence « oxygénante » mettra en scène l’entrée de ville, avec de grands arbres et une végétation très généreuse ; puis il pourrait y avoir une séquence composée de vergers, pour faire écho à la ceinture agricole ; suivie d’un axe hydraulique, avant la conception d’un espace de lisière et d’articulation avec le parc existant. »